La France s’impose dans la douleur

La joie des Français après le second but. R. MARTIN/L'EQUIPE

L’équipe de France a remporté son premier match de la Coupe du monde face à l’Australie. Mais que ce fut dur. Les Bleus, empruntés et manquant parfois de rythme, ont galéré face aux Australiens très accrocheurs. Il a fallu un csc en fin de rencontre pour que les Français débutent par une victoire. Il faudra un tout autre visage face au Pérou. 

L’équipe de France a bien démarré sa Coupe du monde. Face à l’Australie, à priori l’équipe la plus faible en guise de mise en bouche, les Bleus ont beaucoup souffert et sont restés longtemps dans le dur. Le trio offensif (Mbappé, Griezmann et Dembélé) voulu et promis à un bel avenir n’a pas pesé. Comme attendu et craint, les Bleus se sont longtemps cassés les dents face à une impressionnante défense australienne bien regroupée, solidaire et surtout très agressive. Les Tricolores ont cherché à emballer la rencontre dès le début, pour obliger les Australiens à se livrer un peu plus. Mbappé, dans un angle fermé, met à contribution Ryan (3). Tout comme Pogba dont la tentative sur coup franc n’inquiète pas le portier australien (6). Griezmann s’est également essayé, avec une demi-volée trop écrasée, en vain (7).

Une histoire de penalties

Face à une muraille, les hommes de Didier Deschamps ont peiné dans les transitions offensives. L’attaque des Bleus et le milieu de terrain n’ont pas été flamboyants. La faute à des Socceroos disciplinés tactiquement et défensivement. Il a fallu un fait de jeu, pour faire sauter le verrou australien. Stoppé dans la surface de réparation, Griezmann obtient un penalty après assistance de la vidéo. Le Français ne tremble pas et exécute la sentence (57). Joie de courte durée pour les Bleus. A chaque coup de pied arrêté, la défense tricolore a montré des signes de fébrilité. Les coéquipiers de Ridson excellent dans ce domaine vu leurs gabarits. Sur le coup franc de Mooy, Tolisso avait failli tromper Lloris en détournant le ballon (22). Un premier rappel à l’ordre. Et c’est sur phase arrêtée que les Français vont craquer. Sur un coup franc de Mooy, Umtiti fait une main inutile et concède le penalty. Jedinak prend Lloris à contre-pied (62). Mais à défaut d’être impuissants, les Bleus ont composé avec la réussite. La frappe de Pogba est contré par Behich et finit au fond des filets (80). Une victoire aux forceps.

Moussa SARR

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*